L’Ontario retourne temporairement à la deuxième étape modifiée de son Plan d’action

En réaction à l’augmentation alarmante du nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19, le gouvernement de l’Ontario, en consultation avec le médecin hygiéniste en chef, fait passer temporairement la province à la deuxième étape de son Plan d’action pour le déconfinement en y apportant certaines modifications afin de tenir compte des efforts de vaccination fructueux de la province. Ces mesures temporaires aideront à atténuer la transmission et à empêcher que les hôpitaux soient surchargés pendant que la province continue d’accélérer l’administration de doses de rappel. De plus, afin de soutenir les efforts de la province pour freiner le variant Omicron, les élèves retourneront à l’apprentissage à distance dès le 5 janvier. Des services de garde d’urgence pour les enfants d’âge scolaire seront offerts gratuitement aux travailleurs de première ligne admissibles.

« Alors que les efforts se poursuivent à l’échelle de la province pour administrer la dose de rappel, nous devons examiner toutes les options à notre disposition pour ralentir la propagation de ce virus hautement contagieux, Omicron, a déclaré le premier ministre Doug Ford. En mettant en place ces mesures ciblées pour un temps limité, nous aurons l’occasion de vacciner le plus d’Ontariens et d’Ontariennes possible et de faire en sorte que toute la population bénéficie d’un maximum de protection contre le virus. »

L’évolution des données démontre que la gravité du variant Omicron est inférieure à celle des autres variants que nous avons observés depuis le début de la pandémie. Cependant, sa transmissibilité accrue a généré un plus grand nombre d’admissions dans les hôpitaux et aux soins intensifs. De plus, on prévoit une augmentation du taux d’absentéisme chez le personnel, ce qui aura une incidence dans les entreprises et organisations partout dans la province, notamment dans les hôpitaux et les écoles. Selon les données et notre propre expérience ici, en Ontario, environ un pour cent des cas d’Omicron nécessite des soins hospitaliers. L’augmentation rapide des cas liés à Omicron, qui pourraient bientôt se compter en centaines de milliers, pourrait entraîner une saturation de la capacité hospitalière de la province si aucune mesure n’est prise pour freiner la transmission. Actuellement, une personne sur cent qui contracte le virus est hospitalisée. Considérant l’augmentation rapide de la transmission, nous prévoyons que le nombre de nouveaux cas nécessitant une hospitalisation augmentera rapidement chaque jour. Par exemple, si l’on dénombre 50 000 cas par jour, cela se traduirait par 500 admissions à l’hôpital par jour, ce qui est supérieur au pic de 265 hospitalisations par jour enregistré au printemps dernier lorsque les hôpitaux ont été mis à rude épreuve au plus fort de la pandémie.

Pour pallier cette situation, la province retournera à une version modifiée de la deuxième étape de son Plan d’action pour le déconfinement à compter du mercredi 5 janvier 2022 à 0 h 1. La province demeurera dans cette étape pendant un minimum de 21 jours (jusqu’au 26 janvier), selon les tendances des indicateurs de la santé publique et du système de santé.

Les mesures prévues comprennent notamment ce qui suit :

  • Réduction de la limite permise pour les rassemblements à l’intérieur à cinq personnes et à 10 personnes à l’extérieur.
  • Réduction de la capacité des événements publics organisés à cinq personnes.
  • Obligation pour les entreprises et les organisations de veiller à ce que les employés effectuent leur travail à distance, sauf si la nature du travail nécessite leur présence sur les lieux de travail.
  • Réduction de la capacité pour les mariages, les funérailles, les services religieux, les rites et les cérémonies à 50 pour cent de la capacité de la salle dans laquelle ils se déroulent. Si ces services se déroulent à l’extérieur, la capacité est limitée à un nombre de personnes permettant de maintenir une distance physique de deux mètres. Tout rassemblement social lié à ces services doit respecter les limites de rassemblement.
  • Réduction de la capacité à 50 pour cent dans les établissements de vente au détail, y compris les centres commerciaux. Ces derniers devront veiller à faire respecter la distanciation physique dans les queues, à ce que personne ne flâne dans une partie quelconque du centre et à ce que les aires de restaurations demeurent fermées.
  • Réduction de la capacité des services de soins personnels à 50 pour cent, sous réserve de certaines restrictions. Les saunas, bains de vapeur et bars à oxygène sont fermés.
  • Fermeture des espaces de réunion et d’événements à l’intérieur, sauf dans quelques cas exceptionnels. Les espaces extérieurs pourront demeurer ouverts sous réserve de restrictions.
  • Réduction de la capacité à 50 pour cent dans les bibliothèques publiques.
  • Fermeture des espaces intérieurs des restaurants, bars et autres établissements servant de la nourriture et des boissons. Les services de restauration à l’extérieur seront autorisés sous réserve de certaines restrictions, de même que les commandes pour emporter, les commandes à l’auto et les services de livraison.
  • Interdiction de vendre de l’alcool après 22 h et de consommer de l’alcool dans des entreprises ou des établissements après 23 h. Des exemptions s’appliquent à la vente d’alcool avec les commandes pour emporter, dans les épiceries et les dépanneurs, ainsi que dans les magasins de vins et spiritueux.
  • Fermeture des espaces intérieurs des salles de concert, théâtres, cinémas. Les studios de répétition et d’enregistrement demeureront ouverts, avec certaines restrictions en place.
  • Fermeture des musées, galeries, zoos, centres des sciences, points d’intérêt, sites historiques, jardins botaniques et autres attractions semblables, des parcs d’attractions et parcs aquatiques, des services d’excursion et de guide, des expositions rurales et des festivals. Les établissements extérieurs sont autorisés à ouvrir sous réserve de certaines restrictions, et leur capacité d’accueil de spectateurs, le cas échéant, est limitée à 50 pour cent.
  • Fermeture des espaces intérieurs des pistes de course des hippodromes et des autodromes et autres endroits semblables. Les espaces extérieurs sont autorisés à ouvrir sous réserve de certaines restrictions, et leur capacité d’accueil de spectateurs est limitée à 50 pour cent. Les excursions en bateau sont autorisées à 50 pour cent de leur capacité.
  • Fermeture des installations intérieures destinées aux sports et aux activités physiques récréatives, à l’exception des installations réservées aux athlètes qui s’entraînent pour les Jeux olympiques et paralympiques ainsi que de certaines ligues amateurs professionnelles et d’élite. Les installations extérieures sont autorisées à mener leurs activités, mais leur capacité d’accueil de spectateurs est limitée à 50 pour cent et assujettis à certaines exigences.
  • Retour à l’apprentissage à distance pour toutes les écoles publiques et privées à compter du 5 janvier, et ce au moins jusqu’au 17 janvier, selon les indicateurs de la santé publique et d’autres considérations opérationnelles.
  • Maintien des activités des services de garde dans les établissements scolaires, notamment les services de garde d’urgence, l’apprentissage en personne pour les élèves ayant des besoins éducatifs spéciaux pour lesquels aucun accommodement à distance n’est possible, ainsi que l’apprentissage en personne si le personnel n’est pas en mesure de dispenser un enseignement de qualité de la maison.
  • Pendant cette période d’apprentissage à distance, des services de garde d’urgence pour les enfants d’âge scolaire seront offerts gratuitement aux travailleurs de la santé et aux travailleurs de première ligne admissibles.

Veuillez consulter la réglementation pour accéder à la liste complète des mesures de santé publique et de sécurité au travail obligatoires.

De plus, le 5 janvier 2022, le médecin hygiéniste en chef rétablira la Directive no 2 à l’intention des hôpitaux et des fournisseurs de soins de santé demandant aux hôpitaux d’interrompre temporairement toute intervention chirurgicale et procédure non urgente afin de préserver la capacité des soins intensifs et des ressources humaines.

Consciente des répercussions du variant Omicron et des mesures de santé publique supplémentaires sur les petites entreprises, le gouvernement élargit le nouveau Programme ontarien de remise pour les coûts à l’intention des entreprises. Les entreprises admissibles qui doivent fermer leurs portes ou réduire leur capacité bénéficieront de remises sur une portion du versement de la taxe foncière et des leurs coûts en énergie pendant que les mesures seront en place. En outre, les entreprises admissibles devant réduire leur capacité à 50 pour cent, comme les petites entreprises de commerce de détail, pourront bénéficier de remises équivalentes à 50 pour cent de leurs coûts, tandis que les entreprises qui doivent fermer leurs activités intérieures, comme les restaurants et les salles d’entraînement, recevront une remise équivalente à la totalité de leurs coûts. Une liste complète des entreprises admissibles à une remise sera publiée dès que le programme commencera à accepter les demandes plus tard au cours du mois. De plus, en vue d’améliorer le flux de liquidités des entreprises ontariennes, le gouvernement a annoncé qu’à compter du 1er janvier 2022, de nouvelles mesures de soutien aux entreprises de l’ordre de 7,5 milliards de dollars entreraient en vigueur, lesquelles prévoient une période de six mois sans intérêt ni pénalité pour le paiement de la plupart des taxes administrées par la province. Ce soutien procurera aux entreprises la flexibilité dont elles ont besoin pour planifier leurs activités à long terme.

Le gouvernement explore également diverses options pour fournir d’autres formes de soutien ciblées aux entreprises et aux travailleurs touchés par le retour de la province à la deuxième étape modifiée du Plan d’action pour le déconfinement, notamment des subventions. Il continuera également de demander au gouvernement fédéral de contribuer et de l’aider à soutenir les entreprises et les travailleurs ontariens en permettant aux entreprises admissibles de reporter le paiement de la TVH et en améliorant les soutiens offerts aux travailleurs touchés par les mesures de santé publique actuelles.

« Étant donné que les cas continuent de grimper à un rythme rapide et que les données sur le variant Omicron sont en constante évolution, il est nécessaire de mettre temporairement en place des mesures supplémentaires pour freiner la transmission pendant qu’Équipe Ontario continue d’administrer des doses de rappel, a indiqué Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de la Santé. Bien que cette décision n’ait pas été facile à prendre, ces mesures contribueront à préserver la capacité hospitalière et empêcheront que nos hôpitaux deviennent surchargés. »

« Pendant cette période, les enfants poursuivront leur apprentissage en ligne avec leur enseignant et bénéficieront d’un accès complet aux services scolaires et aux services en santé mentale, a souligné Stephen Lecce, ministre de l’Éducation. Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec le médecin hygiéniste en chef pour assurer la sécurité de nos collectivités et faire en sorte que les élèves ontariens retournent à l’apprentissage en présentiel le plus rapidement possible. »

En date du 2 janvier, plus de 3,7 millions de doses de rappel du vaccin ont été administrées à l’échelle de la province. Le gouvernement déploie tous les efforts pour accélérer l’administration de doses de rappel, notamment par la mise en place de cliniques de vaccination dirigées par des employeurs et l’expansion de cliniques mobiles GO-VAXX. À ce jour, plus de 4 300 Ontariennes et Ontariens se sont inscrits sur le Portail ontarien des bénévoles pour l’intervention contre la COVID-19 et le Portail de jumelage des ressources humaines dans le domaine de la santé depuis que l’Ontario a lancé un appel aux entreprises, aux bénévoles et aux professionnels de la santé à la retraite pour accroître sa capacité de vaccination et d’administration de doses de rappel.

La province continue également d’insister auprès du gouvernement fédéral pour qu’il approuve les traitements antiviraux contre la COVID-19 afin de soutenir la lutte contre la pandémie.

« Bien que le risque de développer une forme grave de la maladie avec le variant Omicron soit inférieur par rapport aux variants précédents, il est beaucoup plus transmissible. Par conséquent, on s’attend à ce que le nombre d’hospitalisations continuera d’augmenter et exercera une pression accrue sur notre système de santé, a expliqué le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef. La décision de mettre en place des mesures de santé publique supplémentaires est difficile, mais nécessaire pour freiner la propagation du virus et protéger la capacité de notre système de santé. Veuillez respecter toutes les mesures de santé publique et faites-vous vacciner, qu’il s’agisse de votre première dose, de votre deuxième dose ou de votre dose de rappel, si vous ne l’avez pas encore fait. »