L’Ontario s’oppose au nouveau décret des États-Unis favorisant l’achat de produits américains

Aujourd’hui, Vic Fedeli, ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce, a émis la déclaration suivante concernant le décret des États-Unis favorisant l’achat de produits américains :

« Le gouvernement de l’Ontario est déçu que l’administration américaine ait décidé d’aller de l’avant avec un nouveau décret favorisant l’achat de produits américains qui restreindra l’accès aux appels d’offres du gouvernement américain. Nous nous inquiétons de ce que ces mesures pourraient signifier pour les travailleurs, familles et entreprises de l’Ontario qui dépendent des relations commerciales entre les États-Unis et l’Ontario.

Il s’agit de relations commerciales à l’importance cruciale, qui soutiennent des millions d’emplois des deux côtés de la frontière et dont la valeur annuelle est d’environ 400 milliards de dollars canadiens. Si l’Ontario était un pays, il serait le troisième plus important partenaire commercial des États-Unis. Il est essentiel d’assurer de solides liens commerciaux pour les entreprises et les collectivités que ces relations commerciales soutiennent, en particulier au moment où nos économies se rétablissent de la pandémie de COVID-19.

La Chambre de commerce des États-Unis a clairement indiqué que « le fait d’intensifier des règles déjà rigoureuses favorisant l’achat de produits américains pourrait faire augmenter les coûts des projets gouvernementaux, minant ainsi leur potentiel pour créer des emplois et stimuler la croissance économique. » Les politiques favorisant l’achat de produits américains perturbent les chaînes d’approvisionnement transfrontalières existantes entre l’Ontario et les États-Unis, et érodent les liens profonds et de longue date tissés au fil des ans.

Nous ne pouvons tenir ces importants liens pour acquis. C’est pourquoi l’Ontario adopte également une approche proactive en concluant des ententes stratégiques en matière d’investissement et d’approvisionnement avec des États américains, plus récemment avec le Maryland, pour faciliter la collaboration entre les entreprises de la province et celles des États-Unis.

Notre gouvernement continuera de demander au gouvernement de veiller à ce que le Canada soit exonéré de toute disposition favorisant l’achat de produits américains, et qu’il fasse plutôt valoir une approche favorisant l’achat de produits nord-américains. Nous continuerons de mettre en lumière les coûts des mesures favorisant l’achat de produits américains pour les entreprises des deux côtés de la frontière et nous n’aurons de cesse d’assurer un milieu d’affaires stable et concurrentiel qui crée des emplois, des possibilités et une croissance. »