Nouvelles du parc – Changements pandémiques et petites entreprises

La pandémie nous a tous obligés à apporter des changements majeurs à une grande partie de ce que nous faisons dans nos vies et nos activités quotidiennes. Certains des changements sont assez petits et à peine perceptibles tandis que d’autres semblent de nature gargantuesque. Récemment, j’ai lu et entendu des propriétaires de petites entreprises exprimer leur dévouement et leur engagement envers leur entreprise, leurs employés et leur communauté. Je suis fier de dire que les habitants du Nord de l’Ontario sont résilients et débrouillards. Nous sortirons de cette épreuve forts, fiers et grandis.

Je me souviens bien d’une expérience que j’ai vécue lorsque je n’étais qu’un garçon. Pour une raison quelconque, ce souvenir est resté avec moi toutes ces années. Un après-midi d’été, j’étais avec ma mère lorsqu’elle s’est arrêtée à côté d’un champ de ferme où un fermier vendait du maïs frais dans son chariot. Maman était en train d’éplucher certains des épis pour vérifier leur qualité lorsque le fermier s’est approché avec un sourire aussi grand qu’une porte de grange et a dit qu’il n’était pas nécessaire de le faire parce que chaque maïs était parfait. Je n’oublierai jamais la fierté rayonnante dans ses yeux. Le sourire fier de ce fermier a vraiment eu un impact durable sur moi. C’était un homme d’affaires dévoué et fier.

J’ai dit à maintes reprises que les petites entreprises sont la colonne vertébrale de notre économie – et c’est une bonne chose. Un constructeur sait que lorsque vous contreventez des poutres de jonction, il y a tellement plus de force lorsque de nombreux clous plus petits s’étalent sur une plus grande surface que lorsque vous n’utilisez que quelques grosses pointes. De la même manière, les petites entreprises offrent une stabilité fiable lorsque des vents violents commencent à souffler et que de sombres tempêtes arrivent.

L’autre jour, je parlais avec un propriétaire d’entreprise qui a très bien réussi, employant de nombreuses personnes au fil des ans. Le type est un gars solide qui apparaît comme confiant et fort pour ses clients et ses employés. Je lui ai demandé de partager avec moi comment les choses se passaient pour son entreprise à la lumière de devoir apprendre à faire face aux réalités d’une économie marquée par la COVID-19. Il a embellie la réalité, mais s’est vite rattrapé et m’a dit qu’en vérité c’était difficile.  Il a mis tout son cœur et son âme dans son entreprise et est très fier de pouvoir élever une famille grâce à ses efforts. Vous n’avez pas besoin d’avoir un diplôme en business pour comprendre pourquoi il s’inquiète aujourd’hui.

Les dernières données publiées par Statistique Canada révèlent une reprise économique inégale et incertaine où de nombreux Ontariens se sentent laissés pour compte. Tant de familles ont encore du mal à payer les factures et à retourner au travail. La crise économique a anéanti de nombreuses petites entreprises et emplois dans cette province, et les Ontariennes et Ontariens ont peur de ce que l’avenir leur réserve, à eux et à leurs enfants. Notre économie se rétablit trop lentement, sans le soutien dont nous avons besoin du gouvernement Ford.

Le taux de chômage demeure supérieur à 10% en Ontario, soit le double de ce qu’il était avant la pandémie, et il y a plus de 400 000 emplois de moins qu’à la même période l’an dernier. Pour les jeunes, le taux de chômage est de 27,7% et les taux d’emploi sont encore plus faibles chez les Ontariens noirs, autochtones et racialisés.

Les chiffres de Statistique Canada montrent que la pandémie rend notre province moins égalitaire. Les travailleurs à bas salaire, les travailleurs autonomes et de nombreuses familles de la classe moyenne sont toujours perdants. De nombreux Ontariennes et Ontariens sont obligés d’accepter des emplois précaires à temps partiel ou temporaires qui les rendront encore plus vulnérables dans cette reprise incertaine.

Ici à Algoma-Manitoulin, de nombreux emplois sont au salaire minimum dans les services d’accueil et de restauration. À l’échelle provinciale, ces emplois ont diminué de plus de 125 000 par rapport à l’an dernier, et les emplois dans le secteur de la santé et des services sociaux ont diminué de 22 200.

Doug Ford continue de refuser de fournir aux petites entreprises le soutien dont elles ont besoin. Il a récemment levé l’interdiction temporaire des expulsions commerciales, laissant davantage de personnes sur le point de fermer définitivement et de licencier davantage de leurs travailleurs.

Bien que la pandémie ait des effets profonds sur tous les Ontariens, elle ne nous affecte pas de façon égale. Les femmes ont perdu la majorité des emplois et beaucoup d’entre elles n’ont pas pu réintégrer le marché du travail ou remettre leur entreprise sur les rails. Cette récession a touché le plus gravement les femmes noires, autochtones, racialisées et handicapées, car elles travaillent de manière disproportionnée en première ligne dans les soins de santé et les services, et sont les plus exposées au virus.

Mais ça n’a pas besoin de continuer comme ça.

Il y a quelques semaines, le NPD a proposé son plan pour sauver les petites entreprises. Ce plan est conçu en pensant aux petites entreprises et créera de bons emplois stables et bien rémunérés pour un plus grand nombre d’Ontariens. En avril, Andrea Horwath a proposé un plan de survie en raison de la pandémie pour les petites et moyennes entreprises, les organismes de bienfaisance et les organismes sans but lucratif communautaires. Il demande à la province de s’engager à:

  • Une subvention au loyer commercial de 75% allant jusqu’à 10 000$ par mois pendant trois mois pour les entreprises qui continuent de souffrir d’une baisse de revenus en raison de la COVID-19
  • Un gel des paiements des services publics
  • Un fonds de mise en place pour le travail à distance, la distanciation physique et la réouverture en toute sécurité, pour aider à couvrir des dépenses telles que la technologie pour aider les gens à travailler à domicile, et des fournitures et des mises à niveau pour aider les lieux de travail à rouvrir en toute sécurité pour le personnel et le public, y compris pour des barrières en plexiglas, des EPI et des améliorations de la ventilation
  • Une période de grâce d’assurance automobile pour les taxis et les chauffeurs d’autopartage, établie en partenariat avec le secteur de l’assurance et l’Autorité de régulation des services financiers
  • Un fonds d’urgence désigné pour les petites entreprises et les entrepreneurs qui ont fait face à des obstacles historiques pour accéder au capital traditionnel

Avec un plan bien conçu et un soutien solide, nous pouvons bâtir une reprise économique inclusive pour tout le monde et qui reconnaît les effets dévastateurs de la pandémie sur les femmes. Cela signifie aussi investir pour garantir la sécurité des écoles afin que les parents puissent retourner au travail, apporter une aide directe aux petites entreprises et soutenir les travailleurs des secteurs qui ne pourront pas se redresser seul pendant encore des mois.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale.

Mike Mantha
Latest posts by Mike Mantha (see all)