Brûlé l’huile de minuit

Récemment, après avoir brûlé l’huile de minuit à l’Assemblée législative, j’ai dû me lever bien avant que le soleil et brille un vendredi matin. Ce n’était pas vraiment un choix à faire car j’avais un long trajet pour retourner au bureau de circonscription pour rencontrer mon équipe en début d’après-midi. Ce fut une semaine difficile, c’est sûr. Il semblait qu’il y avait une quantité excessive de frustration et de conflit. Les gens sont las, fatigués et anxieux après avoir enduré la multitude d’épreuves et d’incertitudes auxquelles nous sommes confrontés jour après jour. Cette pandémie a fait des ravages dans presque tous les aspects de notre société et de notre mode de vie en général.

Alors, après le souper, j’ai levé les pieds, assis dans ma chaise préférée, attendant que mon ami vienne me rendre visite. J’étais fatigué et j’attendais avec impatience le week-end; pour passer du temps tranquille sur le lac et dans la forêt.  Alors, je me suis branché sur mon téléphone pour écouter de la musique. Mon esprit vagabondait.

Il semble que ce soit juste ma nature de rechercher consciemment et inconsciemment des relations, des similitudes et des comparaisons entre les choses. Je pense que c’est ainsi que je m’aide à comprendre le monde qui m’entoure.

Il m’est alors venu à l’esprit l’impact des choses et des événements quotidiens qui affectent nos vies. Je sais que je ne suis pas le seul à penser qu’il semble qu’au cours des dernières années, avant même que la pandémie ne frappe, la façon dont les gens regardent le monde qui les entoure à partir d’un seul objectif. J’ai vraiment remarqué à quel point les gens semblent presque délibérément rechercher et illustrer les différences entre eux. Malheureusement, le résultat de tout cela est que le Canada semble se diriger vers une nation de gens très divisés et intolérants. Le pire, c’est que j’ai peur que cette tendance se vérifie même ici dans le nord de l’Ontario.

Les preuves de ce changement dans notre société ne manquent pas. Ne cherchez pas plus loin que les troubles qui se sont abattus sur le pays il y a quelques semaines. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi cela s’est produit. Les gens en ont assez de faire face aux nombreux stress incessants qui résultent directement de la pandémie. Nous avons enduré des blocages, des restrictions, des difficultés économiques, la solitude, la perte d’opportunités d’éducation et d’emploi, des êtres chers malades et des milliers de décès à travers le pays et dans nos propres communautés. Naturellement, les Ontariens sont fatigués, frustrés et effrayés.

Le travail d’un député provincial exige une communication régulière avec les gens. Notez que la communication signifie que je dois d’abord écouter et parler ensuite. Avant d’être élu, la plupart de mes emplois nécessitaient les mêmes compétences. Une communication efficace exige que les deux parties écoutent pour parvenir à une compréhension des perspectives. En fait, il existe de multiples perspectives dans certaines situations qui doivent être prises en compte. Cependant, comprendre le point de vue d’une personne ne signifie pas nécessairement que vous devez être d’accord avec elle. Nous savons tous qu’il existe différents chemins à suivre pour arriver à la destination.

Il ne fait aucun doute qu’il y a eu un changement marqué dans la façon dont les gens réagissent les uns envers les autres lorsqu’ils ne sont pas d’accord. Il fut un temps où les gens pouvaient parler de choses puis repartir convaincus que leur position était comprise et digne d’une considération sincère. Cependant, il y a eu une tendance à l’intolérance des opinions opposées ces dernières années. Malheureusement, la frustration, la colère et les coups de boutoir deviennent de plus en plus fréquents. Historiquement, notre démocratie a été un succès parce que les Canadiens ont choisi de s’élever au-dessus de ces comportements inutiles.

CEPENDANT, comme je l’ai dit plus tôt, cette détérioration de notre société n’a pas commencé à cause de la pandémie. Cela a commencé bien avant que la pandémie ne frappe. La pandémie n’a fait qu’alimenter le feu. Les troubles civils n’étaient qu’une manifestation du vrai problème : l’intolérance.

Je dis, cependant, que ce n’est pas le moment pour le désespoir, la peur ou à la colère. Au lieu de cela, il est maintenant temps pour les Ontariens de plonger profondément dans leur âme et de restaurer l’espoir que nous avons les uns envers les autres et envers notre province. Nous ne devons pas hésiter à communiquer les uns avec les autres, mais plutôt utiliser les opportunités quotidiennes pour redonner à notre société tout ce qu’elle peut être. Nous pouvons aider à éliminer l’ignorance et la désinformation en nous écoutant et en nous comprenant. Nous devons saisir les occasions de fournir des preuves scientifiques et des informations factuelles provenant de sources fiables et vérifiables.

Il est certain que dénoncer les gens et les diaboliser n’est pas une voie qui mènera à un Ontario meilleur et plus fort. Le partage, l’écoute et la compréhension est important. Et notez que comprendre ne signifie pas être d’accord. Les gens ont la capacité de comprendre et pourtant ils ne sont toujours pas d’accord. Nous devons apprendre à résister à l’envie de former des murs inutiles et exagérés entre les personnes avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord.

Au cours des dernières années, mon équipe et moi avons remarqué une augmentation des appels et des lettres d’électeurs qui jurent que si je soutiens un projet de loi, une politique ou une opinion contraire à leur propre façon de penser, ils manifesteront leur mécontentement dans les urnes. Et, bien sûr, telle est leur prérogative. Mais le plus drôle, c’est que si ces personnes prenaient juste un moment pour considérer une longue liste de valeurs, d’idéaux et de politiques que nous partageons réellement, elles prendraient le plus souvent du recul et évalueraient l’image globale.

Partageons-nous une préoccupation à l’égard de la sécurité et du dégagement de nos autoroutes du Nord en hiver? Partageons-nous les préoccupations concernant l’amélioration de l’accès aux services gouvernementaux tels que Test Au Volant ? Partageons-nous les préoccupations concernant le besoin de plus de médecins, de services médicaux et d’infirmières ? Partageons-nous des préoccupations concernant la protection de notre faune et de l’environnement? Partageons-nous les préoccupations concernant le besoin d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité, d’un salaire adéquat et de logements abordables ? Et partageons-nous le point de vue selon lequel tous les gens, peu importe où ils vivent dans cette province, devraient avoir accès à de l’eau propre et salubre chez eux?

Nos vies continueront toujours d’avoir des hauts et des bas fluctuants. Mais si nous voulons revenir à un semblant de société calme, respectueuse et tolérante dans laquelle la plupart d’entre nous ont grandi, nous devons baisser le volume de nos réactions et de nos échanges d’idées et simplement apprendre à mieux écouter et à nous comprendre.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Mike Mantha
Latest posts by Mike Mantha (see all)