Surveiller le pouls de mes électeurs

L’autre jour, nous avons eu l’une de nos réunions hebdomadaires du personnel de bureau pour discuter des dossiers, des problèmes et sujets des appels et des lettres à mon bureau. Un membre de l’équipe a souligné que la surveillance du compte de messagerie est comme un professionnel de la santé surveillant la tension artérielle d’une personne sur une période de temps prolongée. Examiner les résultats du patient et prendre note des flux et reflux peut en dire long sur ce qui se passe par rapport à la santé du patient. À son tour, cela amène le médecin à rechercher la cause pour diagnostiquer le problème et trouver des moyens d’améliorer la santé du patient.

Je ne suis pas vraiment nouveau dans ce travail, ayant célébré dix ans de service comme député provincial d’Algoma-Manitoulin en octobre. Au cours de ces années, j’ai appris l’importance de surveiller le pouls de mes électeurs. Mon équipe et moi examinons les appels, les lettres, les courriels reçus et le sujet des dossiers.

Au fil des annéess, nous avons appris à nous attendre à une baisse de moral lorsque les prix du carburant augmentent ou fluctuent et lorsque des différences de prix importantes sont constatées dans différentes parties de la circonscription et d’autres régions de la province. À l’heure actuelle, les habitants du Nord voient les prix de l’essence monter en flèche dans notre région.

Mes collègues néo-démocrates du Nord et moi reprochons encore une fois à Doug Ford de ne pas avoir agi en mettant fin à la hausse des prix de l’essence. À ce jour, le gouvernement conservateur n’a absolument rien fait pour aider les gens du Nord. Le pire, c’est de savoir que Doug Ford a la réponse à portée de main dès le premier jour en 2018.

Lors des dernières élections, Doug Ford a promis de baisser le prix de l’essence de 10 cents le litre. Doug Ford a eu trois ans pour aider les habitants du Nord qui paient le prix de l’essence le plus élevé de la province sans fin en vue. Il aurait dû utiliser les outils qu’il a en main pour aider à rendre la vie plus abordable pour les familles du Nord depuis son entrée en fonction. Au lieu de cela, il a simplement choisi de refuser de faire quoi que ce soit.

Soyons clairs, les conservateurs ne sont pas les seuls à s’endormir au volant dans ce dossier. Le NPD a soulevé cette même question à plusieurs reprises pendant le règne des deux chefs libéraux. Mais, malheureusement, eux aussi ont tourné le dos aux Ontariens du Nord.

À l’approche de l’hiver, les familles du Nord font face à des prix plus élevés pour tout, de l’essence au chauffage domestique en passant par l’épicerie. De plus, de nombreux habitants du Nord doivent se déplacer pour le travail, pour se rendre à l’école et à des rendez-vous médicaux. Devoir payer les prix les plus élevés de la province est inacceptable et inabordable. Nous ne pouvons pas nous permettre plus de discours de Doug Ford et aucune action. Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à payer des prix plus élevés que quiconque dans la province, surtout pendant cette crise COVID.

Doug Ford a un projet de loi du NPD à portée de main pour réglementer les prix de l’essence dans la province, ce qui empêcherait les augmentations des prix de l’essence dans le nord de l’Ontario. Le projet de loi du NPD, Loi de 2018 sur l’équité dans la tarification des produits pétroliers, permettrait à la Commission de l’énergie de l’Ontario de réglementer le prix  des produits pétroliers en Ontario. Cela signifie que les prix de l’essence en Ontario ne fluctuent pas et ne peuvent changer qu’une fois par semaine. Le projet de loi du NPD arrêtera la hausse des prix de l’essence à la pompe et apportera soulagement et stabilité aux conducteurs du nord de l’Ontario et de toute la province.

Ford sait de quel côté est beurré son pain, tout comme ses amis aux poches profondes. Et je suis presque sûr que Ford sait qu’il n’a pas beaucoup d’amis au nord de la Transcanadienne et de Sudbury. L’histoire pourrait être différente si lui et ses amis devaient payer les mêmes prix jour après jour.

À la fin octobre, le premier ministre Ford a donné aux Ontariens un siège au premier rang pour voir par eux-mêmes comment il favorise farouchement ses partisans et ses amis.

Il a accordé une augmentation insultante de 10 cents au salaire minimum. J’appelle cela une insulte car, avec une telle augmentation, après avoir travaillé pendant 8 heures, les revenus supplémentaires ne paieraient même pas une tasse de café. Et nous savons que Ford oblige nos héros de première ligne des soins de santé à accepter un maigre plafond salarial de 1 %. Malheureusement, cela signifie qu’ils seront encore plus en retard par rapport au coût de l’inflation.

Il est intéressant de noter, cependant, qu’en même temps qu’il a donné de grosses tapes dans le dos à ses amis députés, l’un d’entre eux a reçu 27 000 $ et 16 500 $ pour deux autres. Comment Ford peut-il justifier ces décisions ? D’une main, il fait ce qu’il a fait à plusieurs reprises depuis son accession au pouvoir. Ford donne à ses amis ce qu’ils veulent, et nous payons tous pour cela.

Les Ontariens méritent un meilleur leadership que celui-ci. Et les habitants du Nord, négligés et traités injustement de tant de façons année après année, en ont assez et envoient ce message à mes collègues et à moi jour après jour.

À l’heure actuelle, je dois dire que mes collègues néo-démocrates du Nord et moi recevons tous les mêmes appels, lettres et demandes.  Le diagnostic de l’origine des problèmes est clair. Et les traitements nécessaires sont évidents. La seule chose qui s’oppose à un remède est un manque de soins et de respect pour les Ontariens du Nord et un manque de volonté politique au sein du gouvernement Ford d’améliorer la vie pour nous tous.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Mike Mantha
Latest posts by Mike Mantha (see all)