L’Ontario commémore la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation et la Journée du chandail orange

Aujourd’hui, le premier ministre Doug Ford et Greg Rickford, ministre des Affaires autochtones, ont publié la déclaration suivante dans le cadre de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation et de la Journée du chandail orange :

« L’Ontario commémore pour la deuxième année la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Aujourd’hui, nous prendrons le temps de nous renseigner sur le sombre héritage du régime des pensionnats autochtones et ses répercussions sur les communautés autochtones, et d’y réfléchir. Nous rendons hommage aux survivants des pensionnats autochtones, ainsi qu’à ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux, et nous reconnaissons le traumatisme continu vécu par les survivants, les familles et les communautés.

Le 30 septembre marque également la Journée du chandail orange, grâce au courage de Phyllis Jack Webstad, une survivante de la Première Nation Stswecem’c Xgat’tem qui a fréquenté le pensionnat de la Mission St. Joseph en Colombie-Britannique. Le premier jour d’école, Phyllis portait fièrement un chandail orange que lui avait donné sa grand-mère. À son arrivée, le personnel de l’école lui a immédiatement retiré le chandail, marquant ainsi le début de la longue et traumatisante séparation de Phyllis d’avec sa famille et sa communauté, ainsi qu’avec sa culture et sa langue.

Les citoyens de l’Ontario et de tout le Canada portent des chandails orange pour se souvenir et honorer les enfants autochtones qui ont été arrachés à leur communauté et à leur famille, et forcés de fréquenter des pensionnats autochtones.

La Journée nationale de vérité et de réconciliation et la Journée du chandail orange constituent des éléments importants du processus de guérison des peuples autochtones et de la réconciliation de l’Ontario avec ceux-ci. La province illuminera plusieurs édifices gouvernementaux en orange pour rendre hommage aux survivants, à leurs familles et à tous les enfants qui ne sont pas retournés chez eux.

Les Ontariennes et les Ontariens sont encouragés à se renseigner sur le préjudice intergénérationnel que les pensionnats autochtones ont causé aux familles et aux communautés autochtones, et à y réfléchir, ainsi qu’à honorer et à commémorer les personnes qui ont été touchées. Il existe de nombreuses sources d’apprentissage permettant d’approfondir la compréhension de l’héritage du régime des pensionnats autochtones et des répercussions qu’il continue d’avoir aujourd’hui. Le gouvernement a sélectionné certaines de ces ressources qui figurent à Ontario.ca/ApprendreLheritage.

Aujourd’hui, nous écoutons les voix autochtones et veillons à ce qu’elles soient entendues haut et fort. Nous savons qu’il y a un long chemin à parcourir, mais c’est un chemin que nous parcourrons ensemble, dans un esprit de vérité et de réconciliation. »