Voler par le siège de son pantalon

Dernièrement, j’ai beaucoup entendu ou lu l’idiome “Voler par le siège de son pantalon“. Cet idiome est né en 1938 lorsque le plan de vol d’un pilote aventureux pour traverser l’Atlantique dans son avion à la réputation mécanique douteuse a été rejeté. Alors, il en a resoumis un pour voler de New York à la Californie à la place. Mais le 19 juillet 1938, il a feint que sa boussole ne fonctionnait pas, et il a fini par voler vers l’est à travers l’Atlantique de New York et a atterri à Dublin, en Irlande.

Il faut comprendre que dans les années 1930, les avions n’avaient pas les radios, le guidage GPS et autres instruments sophistiqués d’aujourd’hui. Au lieu de cela, les pilotes devaient s’appuyer sur une boussole standard, la perception des conditions environnementales, leurs propres instincts et un lien intime avec les capacités de leur avion qui, dit-on, ils pouvaient sentir à travers leur postérieur.

À la suite de cette aventure audacieuse, le jour suivant, le titre du journal Edwardsville Intelligencer disait : « Corrigan Flies By The Seat Of His Pants », se référant à son histoire selon laquelle il devait compter sur les vibrations reçues par son postérieur émanant de son avion. D’où l’idiome “voler par le siège de son pantalon” est né.

Pour moi, cette histoire décrit l’approche de Doug Ford pour naviguer à travers la pandémie, qui a maintenant célébré son deuxième anniversaire. À maintes reprises, les néo-démocrates ont demandé au gouvernement de faire face aux problèmes qui se profilent à l’horizon afin que la situation ne devienne pas une véritable crise. Nous avons demandé au gouvernement d’élaborer des plans à l’avance. Mais malheureusement, Doug Ford a choisi de ne rien faire jusqu’à ce que la province soit submergée dans presque tous les cas.

Souvenez-vous du mois de mai dernier, lorsque l’Ontario a dû fermer ses écoles pour aider à limiter la propagation du virus. Jour après jour, le NPD a demandé au gouvernement d’utiliser le temps dont il disposait au printemps et à l’été. Voici quelques-uns des communiqués du NPD appelant le gouvernement Ford à commencer sérieusement à planifier :

  • Le 27 mai 2021 « Doug Ford a eu plusieurs mois pour élaborer un plan visant à rendre les écoles sûres à rouvrir. Au lieu de cela, il a choisi de ne rien faire pendant des mois.»
  • Le 9 juin 2021, « Maintenant, Doug Ford est si réticent à dépenser de l’argent pour nos enfants et leurs écoles, la liste des réparations nécessaires ignorées s’accumule à un rythme incroyable.»
  • 6 juillet 2021, « Les écoles rouvrent dans huit semaines. Les experts sont d’accord : le fiasco de l’apprentissage hybride doit prendre fin et les élèves doivent retourner à l’école en toute sécurité. Pourtant, Stephen Lecce semble éviter d’investir pour nos enfants, encore une fois. »
  • Le 4 août 2021, le NPD demande un plan pour des écoles sûres pour éviter les perturbations de l’apprentissage en personne.
  • Le 7 septembre 2021, le NPD demande des tests rapides pour toutes les écoles de l’Ontario
  • Le 17 décembre 2021, « Marit Stiles, porte-parole du NPD en matière d’éducation de l’Ontario, a déclaré que Doug Ford doit mettre en œuvre de toute urgence des mesures pour empêcher de nouvelles fermetures d’écoles en Ontario pendant l’augmentation des cas de COVID et de la transmissibilité alarmante d’Omicron.»
  • Le 30 décembre 2021, la chef du NPD de l’opposition officielle Andrea Horwath et la porte-parole en matière d’éducation Marit Stiles proposent de nouvelles mesures pour aider les élèves et le personnel à retourner à l’école en toute sécurité – et poussent le gouvernement Ford à cesser de faire attendre les parents et les éducateurs jusqu’à la dernière minute pour obtenir des informations.
  • Le18 janvier 2022: « L’objectif est de maintenir les écoles ouvertes jusqu’en juin, déclare l’opposition officielle… Ford n’a toujours pas mis en œuvre les mesures de sécurité que les experts, les parents, les enseignants et les travailleurs de l’éducation ont demandées — comme des classes plus petites, tests de qualité de l’air et mandats de vaccination.»

Et les retards de planification ne se limitent pas à la rentrée des classes. Doug Ford a toujours volé par le siège de son pantalon, mettant en œuvre des plans pour remédier aux pénuries de médecins, d’infirmières et de préposés aux services de soutien à la personne.

Il y a quelques jours à peine, Andrea Horwath s’est jointe à l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario pour demander au gouvernement Ford d’élaborer et de mettre en œuvre des plans pour résoudre une crise infirmière à l’échelle de la province. L’Ontario a actuellement désespérément besoin de plus de 22 000 infirmières. Andrea a déclaré:« Les infirmier(e)s sont débordées, travaillent deux quarts de travail jour après jour et s’occupent de trop de patients à la fois, tout le temps. Elles/Ils sont épuisé(e)s et ne peuvent pas continuer comme ça, peu importe combien de fois elles/ils sont appelé(e)s héro(ïne)s. Nous devons faire mieux pour eux et pour les patients.

Le NPD appelle également Doug Ford à dégager une voie pour remédier à la pénurie d’infirmières en enlevant les obstacles pour les infirmières à la retraite qui sont prêtes à aider à vacciner les Ontariens contre la COVID-19 alors que la province lutte contre Omicron. Le NPD a également tenté de convaincre le gouvernement de réintroduire une ordonnance d’urgence qui réduirait le temps de traitement des demandes des infirmières à la retraite qui veulent aider. Dans l’état actuel des choses, il faut plusieurs semaines pour que de telles demandes soient traitées.

Le gel du financement des hôpitaux a entraîné la mise à pied de 1 600 infirmières sous le dernier gouvernement libéral, laissant l’Ontario avec le pire ratio d’infirmières autorisées par habitant de tout le Canada. Même avant le début de la pandémie, les infirmières ontariennes étaient désavantagées. Des années de coupures et de gels de financement signifiaient que les infirmières étaient déjà débordées à chaque quart de travail. Mais au lieu de régler ce problème, Doug Ford a introduit sa loi de suppression des salaires, le projet de loi 124, qui a poussé des milliers de nos membres à s’en aller. Le fait de ne pas avoir de congés de maladie payés ou de soutien en santé mentale n’a pas aidé. Ne pas avoir un accès constant aux masques N95 cause plus de maladie.

Les Ontariens en ont assez de vivre sous un gouvernement réactif qui « vole par le siège de son pantalon. » L’Ontario mérite de prospérer sous un leadership qui se soucie des gens plutôt que du favoritisme politique et des profits. Nous avons besoin d’un gouvernement avec une main ferme sur le volant qui établit et met en œuvre des plans conçus de manière proactive pour atteindre les objectifs nécessaires.

Beaucoup de gens en Ontario sont mécontents du personnel aérien qui pilote notre avion. Le 2 juin 2022 nous offre l’opportunité de remplacer l’actuel siège du gouvernement qui a peine à trouver sa voie depuis quatre ans.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected]  ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Mike Mantha
Latest posts by Mike Mantha (see all)