Les soins oculaires EST des soins de santé

Il est courant et normal que les politiciens reçoivent de grandes quantités d’appels téléphoniques, des lettres et courriels sur des problèmes particuliers qui apparaissent dans les journaux. Ceux qui ont lu cette chronique la semaine dernière comprendront pourquoi je pense que c’est une bonne chose. Les lecteurs se souviendront que mon personnel et moi voyons cela comme un moyen de veiller sur la circonscription. Cela me dit quels sont les problèmes et permet à mon équipe et à moi-même d’être efficace à Queen’s Park pour apporter des changements. Cela nous aide également à tendre la main aux électeurs lorsque nous prenons connaissance d’un programme qui pourrait porter aide à certaines personnes.

Dernièrement, il semble que mon équipe ait remarqué des tendances intéressantes dans les appels et la correspondance que nous recevons. Ce n’est pas le déluge habituel que nous recevons. Au lieu de cela, nous avons remarqué une augmentation substantielle du nombre de personnes âgées qui demandent de l’aide ou une assistance pour une grande variété de problèmes. Le fait qu’ils appellent ou écrivent pour partager leur situation personnelle est assez révélatrice. Vous n’avez pas besoin d’avoir un doctorat en sociologie pour déterminer que les personnes âgées de l’Ontario éprouvent des difficultés en général. Et j’irais même jusqu’à dire que les aînés du Nord, en particulier, souffrent à cause des distances géographiques et économiques.

Il est important de noter que, sans exception, ces contacts ne reflètent en aucun cas le ton de celui du présentateur de nouvelles Howard Beale dans le film Network. Ils ne crient pas la ligne emblématique: “Je suis enragé comme l’enfer, et je ne vais plus le supporter.” Les personnes qui appellent sont fières de leur indépendance et n’ont pas pour habitude de rechercher de l’aide. Ils sont fiers de s’appeler des gens du Nord et ils aiment leurs communautés et cet endroit où ils ont élevé leur famille. Je ne me permets pas d’oublier que ce sont les gens qui ont lutté pour faire de cette terre ce qu’elle est aujourd’hui, donc je n’ai aucun scrupule à dire qu’ils méritent maintenant quelque chose en retour.

L’autre jour, un aîné a appelé qui était très frustré parce qu’il avait du mal à voir. Il a dit que tout était embrouillé, donc il ne fait pas sa lecture régulière ou ne regarde pas la télévision. Faire des promenades n’est pas si génial parce qu’il ne peut pas voir toute la beauté qui l’entoure. Et il est même nerveux de conduire jusqu’à l’épicerie. On lui a dit qu’il n’était pas autorisé à prendre rendez-vous pour un examen de la vue chez l’optométriste parce qu’en tant que personne âgée, ses examens de la vue sont couverts par l’Assurance-santé de l’Ontario. Il ne peut donc même pas payer de sa poche pour passer le test. Il a dit qu’il aimerait que Doug Ford marche un mile à sa place. Il est plus que frustré et déprimé. Il a l’impression que les personnes âgées sont simplement oubliées dans ce gâchis. Les personnes atteintes de diabète appellent pour exprimer leur crainte de perdre complètement la vue.

Cela a commencé il y a longtemps avec les libéraux lorsqu’ils ont sous-financé les soins de la vue et qu’ils les ont retirés de la liste. Même maintenant, des années plus tard, et malgré des mois de préavis d’action par l’association des optométristes, le gouvernement Ford refuse de conclure un accord avec les optométristes. Les enfants et les personnes âgées sont laissés pour compte depuis trois mois. Pourtant, Doug Ford refuse de négocier un accord équitable avec les optométristes. Ford ne semble pas comprendre que les soins oculaires EST des soins de santé.

Regardez ce qui est arrivé aux personnes âgées vulnérables sous la surveillance des conservateurs de Ford pendant la pandémie. Plus de 3 800 personnes sont décédées dans les foyers de soins de longue durée de l’Ontario (Toronto Star, 9 novembre 2021). Leur décision négligente de mettre fin aux inspections surprises régulières des centres de soins de longue durée a permis à certaines personnes âgées de se coucher seules, effrayées, subissant l’indignité de rester pendant des jours dans leurs propres excréments et urine jusqu’à la fin de leur jours. Les aînés appellent mon bureau pour partager cette peur pour leurs amis, leurs proches et eux-mêmes.

Les conservateurs ont déclaré avoir fait passer le message haut et fort et ont présenté une nouvelle loi pour redresser les soins de longue durée qui a été adoptée en octobre. Cependant, le Toronto Star a publié une chronique d’opinion, rédigée par Birgit Umaigba, le Dr Amit Arya, le Dr Gaibrie Stephen et le Dr Naheed Dosani dans l’édition du 9 novembre. La chronique a déclaré qu’avec le projet de loi, l’Ontario n’avait rien de plus qu’une promesse d’intensifier l’application, déjà défaillante, par des inspecteurs non qualifiés qui n’ont vraiment aucune authorité pour ordonner des changements lorsqu’ils trouvent des infractions.

La chronique a ensuite souligné plusieurs lacunes importantes de la nouvelle loi, notamment l’absence de plan pour lutter contre l’exode massif d’infirmières et de PSSP du marché du travail, aucun plan pour embaucher plus de personnel et mettre fin au travail temporaire et augmenter le travail à temps plein avec des taux de rémunération raisonnables.

Il est également important que les rédacteurs de l’article aient présenté le même argument que le NPD. Ils ont souligné un défaut fatal du concept d’entreprises de soins de longue durée à but lucratif par rapport aux centres de soins à but non lucratif. L’article a déclaré que l’objectif principal des centres de SLD à but lucratif est de générer des bénéfices pour les actionnaires de l’entreprise. En revanche, les politiques à but non lucratif garantissent que chaque dollar investi dans les soins de longue durée est consacré à des soins réels. Il met l’ensemble du système entre les mains du public et des organisations à but non lucratif. C’est précisément ce que fera un gouvernement néo-démocrate.

Comme je l’ai dit plus haut, les personnes âgées à qui je parle dans la rue et qui appellent et écrivent à mon bureau sont fières de leur indépendance et de leur communauté. Ils veulent vivre dans leur propre maison aussi longtemps qu’ils le peuvent. Et si le jour vient où ils ne peuvent plus vivre de manière aussi indépendante qu’avant, ils ne veulent pas être obligés de quitter leur famille, leurs amis et leur communauté à des kilomètres de là. Ils veulent rester à proximité, là où ils se sentent heureux, en sécurité et où ils ont le sentiment d’appartenir.

Lors d’une visite dans la région de Thunder Bay, Andrea Horwath a récemment partagé une partie du plan du NPD pour améliorer la vie des personnes âgées de l’Ontario. Andrea a déclaré : « L’endroit le plus sain et le plus heureux pour de nombreuses personnes âgées est à la maison. Les personnes âgées du Nord de l’Ontario méritent tellement mieux que d’être envoyées dans la grande ville la plus proche lorsque leurs besoins augmentent. Et il n’est pas nécessaire que ce soit ainsi : nous pouvons assurer que les gens ont un endroit où vivre et recevoir des soins et le soutien dont ils ont besoin. Les personnes âgées devraient pouvoir vieillir chez elles, dans leur propre quartier, selon leurs propres conditions.

Je partage la vision de construire de petites résidences pour personnes âgées qui ressemblent en fait à une maison et d’éliminer progressivement les lits de soins de longue durée plus anciens. Nous devons élaborer de nouvelles normes provinciales pour veiller à ce que tous les nouveaux foyers de soins de longue durée soient basés sur un environnement semblable à son propre foyer. Nous devons fonder notre système sur les meilleures pratiques du monde entier. Par exemple, nous pouvons avoir des espaces de vie plus petits et partagés par des groupes de six à 10 personnes, avec des installations communes comprenant une cuisine, une salle à manger et des salons. Ces maisons peuvent être intégrées dans nos communautés afin que les résidents puissent continuer à socialiser avec leur famille et leurs amis de leur propre quartier. Dans nos propres petites villes du Nord, ils pourraient ressembler à une maison familiale typique. Dans les grandes villes, cela pourrait ressembler davantage à un quartier de villas.

Nous devons montrer à nos aînés l’amour et le respect qu’ils méritent grâce à leur travail acharné. Que les conservateurs de Ford les voient ou les reconnaissent ou non, ils comptent. Personne ne devrait avoir à faire face aux difficultés, au stress financier et à la peur à la retraite. Nous avons besoin d’un leadership avec une perspective positive, une volonté d’apporter des changements et un engagement à améliorer la vie de tous les Ontariens – de tout âges.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Mike Mantha
Latest posts by Mike Mantha (see all)