News from the Park – La clé est d’utiliser efficacement les connaissances, le financement et la technologie

Les anniversaires sont, d’une manière générale, une chose que nous aimons célébrer. Nous aimons regarder en arrière pour reconnaître nos dates de mariage et nos anniversaires, car cela nous ramène des joies spéciales et irremplaçables d’autrefois. Les Canadiens qui regardent ou écoutent les nouvelles régulièrement se sont fait rappeler le 25 janvier un anniversaire beaucoup plus sombre. On nous a rappelé que le 25 était le premier anniversaire du premier cas de covid-19 au Canada. Mais nous sommes convaincus que des jours meilleurs sont à venir et nous célébrerons des anniversaires plus brillants tels que la découverte de vaccins et peut-être même de remèdes un jour.

Dans une récente chronique, j’ai écrit qu’étant donné la rapidité avec laquelle cette pandémie est survenue, nous avons vraiment fait des progrès miraculeux dans le traitement et la prévention du virus. Le simple fait que nous ayons même développé plusieurs vaccins en moins d’un an est vraiment miraculeux. Parfois, lorsque j’entends parler de nouveaux développements, je ne peux m’empêcher de me demander ce que cela a dû être pour les familles européennes au milieu des années 1300 lorsque l’épidémie de peste bubonique (appelée la peste noire) a fait son apparition. Ils ne savaient pas vraiment ce que c’était ou ce qui en était la cause, encore moins comment prévenir ou traiter les personnes infectées. Si aujourd’hui la population mondiale est tellement à la pointe, même avec nos recherches avancées, nos conseils en matière de santé publique et nos traitements médicaux, je ne peux pas imaginer ce que cela a dû être pour la famille moyenne qui était fondamentalement pauvre, sans instruction, sans aucune aide sociale ou aide d’urgence.

Aujourd’hui nous avons des ressources et des connaissances incroyables à portée de main. Nous avons la capacité de partager les derniers développements dans le monde entier en quelques instants. Compte tenu de toutes ces ressources inestimables dont nous disposons, comment se fait-il que l’Ontario se trouve dans un tel état – même si on la compare uniquement aux autres provinces du Canada.

Le gouvernement de l’Ontario a littéralement à portée de main les données et informations les plus récentes. Les plus grands esprits travaillent ensemble à l’échelle mondiale pour élaborer des plans et des formules sur la meilleure façon de gérer cette pandémie. Nous avons les connaissances, le financement et la technologie nécessaires pour prendre de bonnes décisions. Mais ce que nous faisons avec ces connaissances, ce financement et cette technologie fait toute la différence. Comme Shakespeare l’a écrit dans Hamlet, « Ah, mais c’est le hic. »

La clé est d’utiliser les trois de manière efficace, mais la compétence la plus importante que nos dirigeants doivent posséder est d’écouter ceux qui ont le savoir, et non ceux qui ont… un agenda. Le problème, c’est que Doug Ford écoute et suit les conseils des lobbyistes, des initiés et des partisans plutôt que ceux de nos propres experts en santé publique. Il fonde ses décisions sur la politique plutôt que sur des conseils fondés sur des données scientifiques et médicales – à un coût impardonnable pour les Ontariens.

Il y a un modèle précis dans la façon dont Doug Ford prend des décisions dans cette deuxième vague. Il est bien documenté que Ford a ignoré les experts en santé publique – y compris tous ceux qui recommandent la mise en œuvre de jours de maladie payés, plus de personnel et d’experts en prévention et contrôle des infections dans les soins de longue durée, et des classes plus petites dans les écoles.

Le gouvernement Ford a honteusement traîné les talons et pris des demi-mesures en matière de soins de longue durée. Il y a des milliards de dollars à la disposition du gouvernement qui ne sont pas dépensés parce que Doug Ford veut simplement s’y accrocher. Il a refusé les offres d’aide militaire dans les foyers de soins de longue durée aux prises avec d’horribles épidémies de COVID-19. Il a audacieusement protégé les sociétés à but lucratif, leur permettant de faire passer leurs profits avant les soins et la qualité de vie des personnes âgées. Il est temps de procéder à une refonte pour mettre fin aux terribles conditions de vie et aux décès évitables.

Il y a quelques jours à peine, le Toronto Star a révélé que le gouvernement Ford avait été conseillé par des professionnels de la santé de fixer un plafond de 15 élèves par salle de classe et un vaste programme de tests asymptomatiques à l’école – mais Ford a plutôt choisi des demi-mesures. Le résultat de cette stratégie de prise de décision est que les parents, les enseignants, les travailleurs de l’éducation et les enfants vivent actuellement dans l’angoisse, la frustration et la peur face à l’éducation. Il y a eu plus de 7300 cas de COVID-19 en milieu scolaire et des milliers de familles ont du mal à gérer l’apprentissage à domicile parce que leur école est fermée ou parce qu’elles ne s’y sentent pas en sécurité. Et, ici dans le Nord où nous sommes si loin derrière en termes d’accès à internet haute vitesse abordable et moderne, l’enseignement à domicile est un problème majeur dont mon bureau entend parler chaque jour de tant de familles qui souffrent. Doug Ford a eu les conseils d’experts, le pouvoir et l’argent pour résoudre ce problème – et il a choisi de ne pas le faire. Il a choisi d’économiser de l’argent plutôt que de sauver la santé des enfants et leur éducation.

Doug Ford choisit de ne pas écouter ses propres experts en santé publique, médecins et scientifiques de la province. Lorsqu’il n’écoutait pas, certains experts se sont sentis obligés de partager leurs expériences avec le public. Ce que nous entendons ensuite, c’est que ceux qui ont critiqué le gouvernement Ford se sont retrouvés minés, ciblés ou harcelés pour avoir exprimé leur opinion professionnelle. Ford a choisi de ne pas défendre les conseillers experts de l’Ontario. Il est bien documenté que Ford a ignoré les experts en santé publique.

Ford doit cesser d’écouter les lobbyistes et ses initiés et commencer à suivre les conseils d’experts en santé publique qui ont clairement dit que le seul moyen de contrôler ce virus est d’investir dans des soutiens essentiels comme les congés de maladie payés, plus de personnel de soins de longue durée, plus d’installations d’isolement et de tests sur le lieu de travail. Pour chaque jour où Doug Ford est assis sur des fonds pour la COVID-19 non dépensés, il y aura plus de souffrance et de désespoir dans notre province, qui auraient pu être évités.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale.

Mike Mantha
Latest posts by Mike Mantha (see all)