Qu’on soit dans la chaufferie d’un hôpital ou dans une unité de soins cardiaques de pointe, on donne la priorité au patient

Chers résidents du Nord,

Il y a maintenant un peu plus d’un mois que je suis devenue directrice générale intérimaire du RLISS du Nord-Est.

Bien que je travaille au RLISS depuis cinq à titre de directrice principale et plus récemment, de vice-présidente du rendement et de la responsabilisation, le rôle de directrice générale m’a apporté plusieurs occasions d’apprendre de première main comment nos investissements en soins de santé ont des effets positifs pour les résidents du Nord-Est de l’Ontario.

En juillet, j’étais dans la chaufferie d’Horizon Santé-Nord! J’y étais pour aider à annoncer un financement pour les hôpitaux afin qu’ils puissent entreprendre des mises à niveau de leurs infrastructures. Il peut s’agir d’améliorations apportées aux génératrices auxiliaires, aux systèmes d’alarme et aux extincteurs automatiques à eau, parmi d’autres. Au total, 20 de nos hôpitaux ont reçu près de 10 millions de dollars grâce en grande partie au personnel des hôpitaux et du RLISS, qui ont travaillé ardemment à préparer les analyses de rentabilité.

Quoique le lien ne soit pas immédiatement évident, les investissements dans les réparations des installations a un effet positif sur l’expérience du patient dans le système de santé. Je me souviens d’avoir parlé à une patiente il y a des années, qui était si reconnaissante que de nouvelles fenêtres avaient été installées au site de la promenade Kirkwood du Centre régional de santé de North Bay. Pour la première fois, elle avait pu voir de sa chambre d’hôpital la vue du bord de l’eau. Elle était heureuse qu’il y ait plus de lumière dans sa chambre et que cette lumière naturelle l’aidait à se sentir mieux chaque matin.

Le mois dernier, j’ai joint le Dr Eric Hoskins, ministre de la Santé et des Soins de longue durée, pour faire l’annonce d’un programme novateur de guérison autochtone, qui a découlé des recherches de Gloria Daybutch et son personnel aux Maamwesying North Shore Community Health Services à Cutler. C’est d’ailleurs elle et son équipe qui ont conçu ce programme.

À cet événement, une mère a expliqué qu’elle avait cherché à obtenir un traitement pour sa toxicomanie et qu’elle avait fait face à du racisme et s’était sentie jugée. Après avoir participé au programme offert par Maamwesying, elle s’est sentie appuyée par un personnel attentionné, qui l’a aidée à suivre son parcours vers une meilleure santé. Elle croit maintenant qu’elle est un bon modèle de rôle pour ses enfants.

Ce programme résidentiel, connu sous le nom Beauty for Ashes, permettra d’aborder les effets de la violence familiale, des traumatismes intergénérationnels et des traumatismes subis durant l’enfance. Gloria Daybutch, qui était présidente depuis longue date du Comité local des services de santé pour les Autochtones, a poursuivi sa vision initiale pour inclure un programme nommé Pain, Addiction, Mental Health within an Anishnawbek Recovery System (douleur, toxicomanie, santé mentale au sein d’un système de rétablissement Anishnawbek) afin d’aider les Autochtones aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie à recevoir des soins adaptés à la culture et durables.

Ces nouveaux programmes aideront à améliorer l’accès aux services de qualité en santé mentale et en toxicomanie pour les résidents de sept communautés des Premières Nations desservies par Maamwesying, ainsi que la population autochtone urbaine de Sault Ste. Marie, qui représente plus de 15 000 personnes.

Comme le décrit notre Plan d’action en matière de réconciliation – Services de santé pour les Autochtones du Nord-Est, les services de santé et de bien-être axés sur les Autochtones représentent une composante importante des travaux menés en collaboration pour aborder les iniquités en matière de santé entraînées par les politiques des colonisateurs et les pensionnats autochtones. Notre RLISS continue à faire progresser les 25 appels à l’action de ce plan.

J’ai été reconnaissante de me joindre de nouveau au ministre de la Santé lors d’une annonce portant sur l’amélioration du programme de soins cardiaques de l’Hôpital de Sault-Sainte-Marie. Cet investissement permettra de faire en sorte que, chaque année, 500 patients et leur famille n’auront pas à se déplacer pour obtenir une angioplastie. Le fait de ne pas devoir se déplacer fera économiser de l’argent aux patients et aux membres de leur famille et amis qui les accompagnent. Ce ne sont pas seulement les coûts associés aux déplacements qui sont indésirables, il y aussi le stress associé au déplacement dans une autre ville pour obtenir des soins médiaux dans un milieu inconnu.

Comme les nombreuses personnes qui profiteront de ces récents investissements, je suis une fière résidente du Nord depuis longtemps. Lorsque je ne suis pas au travail, je me fie à un système de santé solide pour ma famille et mes proches. C’est tout un honneur de travailler aux côtés des nombreux professionnels de la santé et résidents du Nord qui font preuve de compassion et travaillent à améliorer les soins des gens du Nord-Est de l’Ontario. C’est un privilège de pouvoir les rencontrer pour échanger des idées et de les mettre en action afin de bâtir un meilleur système de santé pour le Nord, ensemble.

Bon été à tout le monde!

Kate

Latest posts by Brenda Grundt (see all)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*