Le budget envoie des signaux contradictoires: Hughes

Alors que les craintes de pandémie s’intensifient au milieu de la plus grande vague jamais enregistrée, le budget de lundi offre une gamme de mesures mitigées et a souligne la réticence du gouvernement à demander aux plus riches du Canada de contribuer un peu plus à leur pays, selon la députée d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing, Carol Hughes.

C’est l’une des principales conclusions du budget que Mme Hughes décrit comme étant davantage un document électoral qu’un budget.

“Il n’y a rien pour recueillir les énormes sommes d’argent amassées par les Canadiens ultra-riches”, a déclaré Mme Hughes.  “Les néo-démocrates voulaient un impôt sur la fortune et des mesures pour s’assurer que les profiteurs de la pandémie soient forcés de faire partie de la solution – nous ne voyons ni l’un ni l’autre.”

Mme Hughes craint que certains engagements budgétaires donnent l’impression que des mesures sont prises, alors qu’elles se résument à davantage d’études et de dépenses de programmes à l’avenir.

“À bien des égards, ils continuent de repousser leurs objectifs“, a déclaré Hughes. “Peu importe qu’il s’agisse d’un discours du trône ou d’un budget, on nous parle beaucoup d’études maintenant et de dépenses dans le futur.”

Mme Hughes faisait référence au plan visant à ce que le gouvernement fédéral devienne un acteur important dans le domaine de la garde d’enfants d’ici cinq ans.

“Il semble que ce gouvernement écoute à ce que dissent les néo-démocrates et beaucoup de validateurs”, a déclaré Hughes. “Nous savons qu’un investissement comme celui-ci ne fait que construire une économie plus forte et plus résiliente, alors nous allons les tenir à cette promesse et nous voulons nous assurer qu’aucun dollar ne sera dirigé aux garderies à but lucratif.”

La députée dit que sa réaction était basée sur le premier coup d’œil et note qu’il y aura plus d’informations sur le budget dans les jours à venir.

“C’est un document de 700 pages et il y aura des détails qui seront révélés au fur et à mesure que nous continuons à l’étudier”, a déclaré Mme Hughes.  “Ça fait presque deux ans  qu’on attend que le gouvernement dépose un budget, il n’est donc pas déraisonnable de prendre un peu de temps de l’analyser.”

Carol Hughes