Le premier anniversaire de notre dernière élection provinciale

En contemplant la fin de cette session de printemps, il me semble qu’aujourd’hui marque le premier anniversaire de notre dernière élection provinciale et des vacances parlementaires de l’été; en supposant que Doug Ford ne répète pas son appel soudain aux députés de revenir siéger au milieu de l’été. Il y a un an, dans cette chronique, il était conseillé aux lecteurs « d’attacher votre ceinture de sécurité. Nous ferions mieux de nous accrocher pour une course déchaînée. » Je pense que la plupart des gens conviendraient que cette année fut comme des montagnes russes pour les Ontariens et Ontariennes. Et le trajet n’est même pas terminé.

L’autre jour, pendant notre dîner, mes collègues et moi nous rappelions tous les événements et questions que Ford avait inclus dans ses 365 premiers jours en tant qu’ingénieur de ses montagnes russes. Chacun à notre tour, nous avons suggéré un mot qui nous venait à l’esprit et qui résumerait le mieux cette session. J’ai suggéré « priorités ». La plupart de mes collègues ont convenu que les « priorités » pourraient constituer le choix le plus approprié car, après la première année de Ford, nous pouvons certainement reconnaître ses priorités qui sont bien à lui.

Avec les conservateurs au pouvoir, les Ontariens ont vu comment Doug Ford a mis les intérêts de ses amis devant ceux des Ontariens. L’un de ses premiers objectifs a été de régler ses vieux comptes politiques et personnels, de couper le conseil municipal de Toronto et d’annuler les élections des présidents régionaux qui étaient déjà en cours. Il a passé des mois à récompenser ses amis avec des nominations d’un million de dollars, tout en annulant une augmentation de salaire et des protections pour les travailleurs les plus vulnérables de notre province.

Il ne fait aucun doute que les coupes sournoises de Doug Ford et ses manigances ont coûté très cher à la population ontarienne. Les conservateurs ont clairement défini leurs priorités en augmentant le nombre d’élèves par classe et en supprimant les services fournis aux salles de classe et aux familles d’enfants autistes. Ils ont sabré dans les services municipaux tels que les garderies, la santé publique et les ambulances. Pas plus tard qu’hier encore, M. Ford en ajoutait avec un plafond salarial qui ouvrirait la voie à des perturbations des services publics essentiels sur lesquelles les familles, les aînés et même les exploitants d’entreprises comptent chaque jour.

Les Ontariens ont rapidement compris les priorités de Doug Ford lorsqu’il a supprimé le programme GreenON, le financement de la protection contre les incendies de forêt et les compressions dans les universités et les collèges ainsi que dans le financement des étudiants. Nous voyons maintenant ses priorités impitoyables quand il s’en prend à des personnes telles que les travailleurs des services de garde d’enfants, les conducteurs d’autobus scolaire, les infirmières et les agents de santé mentale pour enfants qui utilisent une législation rigoureuse sans aucune tentative de négociation.

Combien de fois avons-nous vu les conservateurs se précipiter désespérément pour élaborer des politiques et adopter des lois, refuser des audiences publiques adéquates, mener les consultations nécessaires avec les intervenants et limiter les débats à l’Assemblée législative?

Le projet de loi 115 du gouvernement Ford, brisant le contrat avec les « Beer Stores », en est un exemple parfait. Des experts en droit ont déclaré que l’Ontario pourrait avoir à débourser des centaines de millions de dollars en frais juridiques. La loi est passée sans audience ni occasion pour des commentaires du public, bien qu’elle ait été qualifiée de « gaffe de politique publique aux proportions épiques ». Même des représentants d’entreprise tels que la Chambre de commerce de l’Ontario nous ont prévenus que le fait de déchirer ce contrat était une approche qui manque incroyablement de vision et qui aurait des conséquences préjudiciables sur les investissements. Cela fera mal à tous les Ontariens.

La bonne nouvelle est que la population ontarienne ne l’acceptera pas. Ils commencent à se battre efficacement aussi. Lorsque l’action publique a été suffisamment forte, Doug Ford a été contraint de revenir sur certaines des décisions ou de nous expliquer que l’interprétation de l’ensemble du public était toujours erronée.

Les néo-démocrates s’engagent à rester aux côtés des familles et à donner la priorité aux intérêts des citoyens. Au cours de la dernière année, le NPD a formé un partenariat avec les familles pour lutter contre Ford. Ensemble, nous avons remporté des victoires importantes depuis juin 2018. Nous avons pris en charge les problèmes qui importent le plus aux yeux des Ontariens et Ontariennes, tels que:

  • Déclarer une urgence liée aux changements climatiques en Ontario
  • Adopter officiellement la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones
  • Protéger les municipalités de l’ingérence et de l’intimidation de Doug Ford ou de tout autre premier ministre
  • Se battre pour des soins de santé véritablement universels, à commencer par l’assurance-médicaments
  • Protéger les clients de l’assurance automobile et prévenir la discrimination en raison de leur code postal
  • Promotion d’une université de langue française et d’un commissaire aux services en français

Plutôt que de simplement s’opposer, les néo-démocrates ont proposé des changements positifs et des législations qui amélioreront la vie de la population ontarienne. Au cours de la dernière semaine de la session de printemps, le député néo-démocrate Guy Bourgouin a présenté un projet de loi d’initiative parlementaire visant à améliorer les normes d’entretien et à rendre la conduite en hiver plus sûre sur les routes principales comme les autoroutes 11 et 17 du Nord de l’Ontario. Les habitants du Nord ont vu trop de familles, d’amis et de collègues perdre la vie, souffrirent de blessures susceptibles de changer leur vie, car ils doivent conduire sur des routes mal entretenues durant l’hiver.

Le projet de loi du député Bourgouin, intitulé « Rendre les routes du nord de l’Ontario plus sûres » garantira que les routes 11 et 17 soient entretenues conformément aux exigences les plus strictes de la province en matière de déneigement. En classant les autoroutes du Nord de la même manière que toutes les autoroutes de la série 400 et le QEW, la neige sur les autoroutes 11 et 17 devra être dégagée moins de huit heures après la fin d’une chute de neige, tout comme sur les autres autoroutes majeures de l’Ontario.

Je suis fier de dire que les Ontariens et Ontariennes retrouvent leurs marques et ne reculent pas. Tout au long de l’été et à l’automne, lorsque la législature reprendra, le NPD continuera de s’associer à la population de la province pour contrer les mauvaises priorités de Doug Ford. Alors, gardez vos ceintures bien serrées. Cette course folle sur les montagnes russes de Ford ne s’arrête pas. Nous nous préparons juste pour une deuxième boucle.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau si vous avez des questions sur cette chronique ou toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Mike Mantha

Michael Mantha is a politician in Ontario, Canada. He is a New Democratic member of the Legislative Assembly of Ontario who was elected in 2011. He's the NDP critic for Indigenous Relations and Reconciliation and critic for Northern Development and Mines. He represents the riding of Algoma—Manitoulin.
Mike Mantha