La privatisation des soins de santé en Ontario dévastera davantage le système actuel

Depuis que Doug Ford a été élu premier ministre de l’Ontario en 2018, les Ontariennes et Ontariens se sont rapidement habitués à un gouvernement qui a tendance à diriger avec son menton. C’est-à-dire que M. Ford choisit de diriger agressivement sans prudence pour atteindre les objectifs de la pensée conservatrice plutôt que ce qui est le mieux pour la population de l’Ontario. Par conséquent, on peut se demander à quelle fréquence les principes essentiels sont réellement alignés.

Au cours des derniers jours, cependant, le gouvernement Ford a soudainement imposé des plans de privatisation des soins de santé aux Ontariennes et aux Ontariens. Il le fait même s’il sait que les objectifs du régime ne sont pas conformes aux principes des soins de santé universels que la population de l’Ontario comprend comme des valeurs canadiennes fondamentales.

On aurait du mal à trouver quelqu’un en Ontario qui serait en désaccord avec le fait que notre système de soins de santé est brisé et qu’il l’est depuis longtemps. Malheureusement, il nous laisse maintenant tomber, nous devons développer et mettre en œuvre un plan pour y remédier avant qu’il soit trop tard.

Le premier ministre Ford a eu un mandat complet depuis qu’il a pris les rênes des libéraux et il en est maintenant à son deuxième mandat. L’édition du 17 janvier 2023 du Toronto Star a déclaré: « Le gouvernement Ford a des fonds de soins de santé non dépensés, mais prive nos hôpitaux des fonds nécessaires. Et bien que la Cour supérieure interjette la décision inconstitutionnelle de la suppression des salaires des infirmières, la province omet également de donner des initiatives de maintien en poste pour faire progresser la privatisation des soins de santé.

Jusqu’à présent, le plan du premier ministre Ford a été d’affamer notre système de santé jusqu’à l’effondrement total. Le gouvernement met délibérément et inutilement les gens dans l’angoisse, la souffrance et même la mort évitable, quelles que soient les conséquences à long terme.

Nous avons un arrière chirurgical qui est le résultat d’un sous-financement délibéré des soins de santé et d’une pénurie de personnel.  J’aimerais donc que M. Ford explique pourquoi nous avons des fonds publics pour financer les cliniques privées, mais pas nos hôpitaux publics. Nos hôpitaux ne peuvent pas obtenir suffisamment de financement pour nos salles d’urgence et de chirurgie en ce moment. Pourtant, nous avons de l’argent pour payer les cliniques privées? Vraiment?

L’Ontario est aux prises avec un échec orchestré d’un programme conçu pour transformer notre système de soins de santé en un système fondé sur le profit. Ces principes ne sont pas appuyés par la population de l’Ontario. En ce qui concerne les profits, ce sont les actionnaires et les conseils d’administration qui prennent des décisions dans leur intérêt, et non dans celui des patients.

Bernie Robinson, vice-président de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, a déclaré : « C’est une décision méprisable. Il épuisera les ressources et paralysera le système de santé publique. Il sera plus difficile d’accéder aux soins de santé dont les Ontariennes et Ontariens ont besoin. Tout le monde dans la province devrait s’inquiéter. Au lieu de cela, ce gouvernement est en train de créer un système de soins de santé à deux vitesses.

Il est presque certain qu’un système qui expose des personnes désespérées pour des chirurgies à des cliniques à but lucratif conduira à payer des soins avec leurs cartes de crédit pour des services non couverts par le régime provincial d’assurance-maladie. Le ministre Jones convient que cela se produira. Elle ne craint pas que les patients aient de la difficulté à décider s’il vaut la peine de payer pour des produits, des tests et d’autres services non couverts par l’Assurance maladie de l’Ontario.

Le premier ministre Ford a déclaré que les opposants des plans sont simplement des « propos alarmistes ». Il dit que de telles notions sont absurdes. Cependant, dois-je rappeler aux lecteurs les engagements du premier ministre Ford selon lesquels il n’autoriserait jamais l’aménagement ou la construction sur des terres désignées comme étant la ceinture de verdure? De toute évidence, le premier ministre a choisi de ne pas honorer ses promesses. Alors, quel est le moyen de l’empêcher de rompre ses promesses de payer de sa poche pour les soins de santé?

Plutôt que de remettre des milliards de dollars publics à des intervenants du secteur privé, le gouvernement devrait investir dans le soulagement de la surcharge d’infirmières, la lutte contre l’épuisement professionnel et le maintien en poste des infirmières dans la profession. L’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario a confirmé qu’il manque déjà plus de 25 000 infirmières et infirmiers à notre système de soins de santé. (Pas étonnant que nos infirmières qui travaillent soient épuisées et quittent la profession en masse, essayant de couvrir un tel manque de personnel incroyable.) Avec la pression pour les soins de santé privés, les cliniques à but lucratif réclameront à cor et à cri d’embaucher du personnel infirmier. Ils inciteront, bien sûr, les infirmières qui travaillent à s’inscrire avec elles, ce qui assèchera notre bassin d’infirmières déjà supprimées de nos hôpitaux.

Le plan prévoit que les établissements de soins à but lucratif s’occuperont des procédures moins complexes. Le diagnostic, le traitement et les chirurgies telles que les cataractes, remplacement des articulations, coloscopies, etc. constitueront la majeure partie de la charge de patients. Cela laisse des thérapies et des chirurgies plus complexes et à haut risque pour les hôpitaux publics à gérer. Par conséquent, les organismes à but lucratif seront en mesure de planifier des traitements et des interventions du lundi au vendredi pendant les heures normales d’ouverture. Ainsi, les médecins, les infirmières et le personnel, en général, bénéficieront de conditions de travail beaucoup plus préférables.

Le premier ministre Ford et la ministre de la Santé Sylvia Jones ont juré que nos hôpitaux publics ne connaîtront aucune migration de personnel infirmier. Ils disent qu’ils ont un plan que les cliniques privées embaucheront du nouveau personnel. Les établissements devront prouver qu’ils n’ont pas tiré dans la main-d’œuvre hospitalière. Le ministre Jones a déclaré qu’il y aurait une certaine forme de sur site pour cela.

Un article du Globe and Mail du 17 janvier 2023 indiquait que lorsqu’on lui a demandé s’il fallait prendre le personnel rare des hôpitaux, le ministre Jones a répondu : « Les demandeurs des permis seront obligés de soumettre des plans de dotation afin de protéger nos hôpitaux publics et à s’assurer qu’ils ne sont pas affectés ».

Alors, le premier ministre et le ministre connaissent-ils un bassin secret de travailleurs de la santé qui combleront toutes les places vacantes dans les hôpitaux publics et à but lucratif? Si c’est le cas, pourquoi manque-t-il 25 000 infirmières aujourd’hui?

Les néo-démocrates sont déterminés à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher le gouvernement Ford de transformer notre système de santé publique universel en un système à deux niveaux à but lucratif. Je vous encourage d’écrire au premier ministre Ford à [email protected]  et au ministre Jones à [email protected] pour leur faire savoir ce que vous pensez et n’hésitez pas à copier mon bureau à l’adresse ci-dessous.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Mike Mantha

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*