Nouvelles du Parc – November 16

Récemment, j’étais assis sur un banc de réception en attendant qu’une réunion commence. Je portais un de mes chandails préférés. En buvant mon café, j’ai remarqué un petit fil juste sous mon coude. J’étais sur le point de le tirer quand dans mon esprit j’ai entendu un pointu, « Michael ! » et je me suis arrêté. J’ai entendu ma mère me dire de ne pas tirer ce fil. Quand j’étais enfant, ma mémère Alice m’a tricoté des chandails et j’ai souri en pensait, maman serait heureuse que j’aie appris ma leçon sur la traction des fils suspendus.

Nous connaissons tous le résultat de tirer sur un petit morceau de fil suspendu à un pull. Ce qui commence comme une petite erreur de jugement finit par être un tas de fils noués sur le sol.  Continuer à suivre cette même erreur, finit par aggraver les choses.  Continuer à tirer ne fait qu’assurer la ruine du chandail au-delà de toute réparation.

La leçon ci-dessus peut être utilisée dans la situation difficile que le premier ministre Ford et son gouvernement ont créée dans les systèmes de soins de santé et d’éducation publiques de l’Ontario. Les deux systèmes sont en train de se démêler dans un désordre noué. La différence, c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’un gâchis horrible, mais d’une terrible épreuve que les Ontariennes et Ontariens doivent subir. Notre système d’éducation est dans la tourmente.  Grâce à Doug Ford, votre système de santé est devenu un gâchis noué.   Les gens s’empêtrent dans les échecs de Doug Ford et malheureusement, beaucoup souffrent ou même en meurent.  Mais enfin de compte, le premier ministre est responsable.

Pour les Ontariennes et Ontariens, ce premier tiraillement sur le fil a été fait en 2019 avec l’adoption du projet de loi 124, la Loi visant à protéger un secteur public durable pour les générations futures. Le gouvernement du premier ministre Doug Ford a surpassé le processus de négociation pour limiter les sociétés et organismes publics financés par la province à une augmentation salariale maximale de 1 %. Depuis cette date, la situation s’est détériorée, les Ontariennes et Ontariens souffrent de plus en plus au fil du temps. Le projet de loi 124 a touché plus d’un million de travailleurs en Ontario, y compris des infirmières, des travailleurs de la santé, des enseignants, et des emplois de soutien dans le secteur de l’éducation. Maintenant, le premier ministre a un plus grand désastre à nettoyer.

Le premier ministre Ford ne peut absolument pas dire qu’il n’était pas au courant du préjudice potentiel que le projet de loi 124 pourrait causer. L’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (ONA), les syndicats d’enseignants, les syndicats du secteur public, de nombreux conseillers financiers et le NPD ont tous souligné d’autres gouvernements qui ont légiféré de tels plafonds salariaux.  Un exemple d’un tel avertissement est un article publié le 15 novembre 2021, TorontoCityNews.ca. Puneet Tiwari, avocat chez Levitt Sheikh LLP à Toronto, avait décrit la législation comme une décision « inhabituelle » — en particulier pour le secteur des soins de santé dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Il a déclaré que la décision de limiter les salaires affecterait directement les efforts de recrutement des entreprises du secteur privé. Par conséquent, le projet de loi 124 aurait une incidence sur la compétitivité , ce qui aura des effets dans de nombreux secteurs financés par le gouvernement.  De toute évidence, Tiwari avait raison.

Mais pour l’instant, mettons de côté ce que les Ontariennes et Ontariens ont vécu lorsque le gouvernement Ford tente d’abaisser les travailleurs de l’éducation du SCFP. Concentrez-vous plutôt sur ce qui se passe dans notre secteur des soins de santé avec des années de compressions et de sous-dépenses.

Catherine Fife, porte-parole du NPD en matière de finances, a reproché au gouvernement Ford d’avoir 44 milliards de dollars imprévus alors que les crises des soins de santé et d’autres crises grossissent en Ontario. Le chiffre de 44 milliards de dollars annoncé par le député Fife provient des Perspectives économiques et budgétaires de l’automne 2022 du Bureau de la responsabilité financière. Dans ce rapport, la FAO prévoit un manque de 40 milliards de dollars pour tous les programmes au cours des six prochaines années, notamment:

  • Manque à gagner de 23 milliards de dollars en santé
  • 6 milliards de dollars en éducation
  • 4 milliards de dollars en services aux enfants, en services communautaires et en services sociaux
  • 2,6 milliards de dollars en financement pour les études postsecondaires
  • 2,3 milliards de dollars en justice

Il est tout à fait inadmissible que le premier ministre Ford fasse des compressions dans les services de santé, d’éducation et les services sociaux à l’heure actuelle. Nos hôpitaux sont déjà à un point de rupture. Les travailleurs de la santé qui nous ont aidés à traverser la crise du COVID se sentent épuisés, sous-payés et méprisés.  Les travailleurs de l’éducation ont besoin d’accéder les banques alimentaires.  Et, un que j’ai souligné dans une chronique récente, les bénéficiaires du POSPH et d’OT vivent dans la pauvreté prévue par la loi.  Pourtant, au lieu de reprendre le projet de loi 124, Doug Ford se bat contre les travailleurs du secteur public devant les tribunaux — un choix de Ford qui pourrait coûter au public 8,4 milliards de dollars.

Ce n’est pas le moment d’être assis sur des piles d’argent, en attendant un jour de pluie. Ci on juge par les appels et les lettres que mon bureau reçoit semaine après semaine des personnes qui vivent de véritables difficultés, il est clair que ce sont des « jours de pluie » pour les Ontariens. Le gouvernement peut et doit allouer ces énormes fonds de réserve historiques.

Le NPD demande également au gouvernement d’investir encore plus dans les soins de santé, l’éducation et les services sociaux au lieu d’accumuler 25,2 milliards de dollars en surplus.

Le gouvernement a tiré sur une ficelle, ce qui a entraîné un enchainement qui nuit à tous les Ontariens et Ontariennes. Il doit minimiser la crise du personnel de santé en abordant son projet de loi 124 sur le plafonnement des salaires. Il doit commencer à réparer les dommages en négociant un accord équitable avec les travailleurs de l’Ontario au lieu de causer des perturbations évitables et des crises de personnel.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale.

Mike Mantha

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*